Bref, j’ai un nouveau collègue glandu.

Rhaaaa la la, alors que j’ai tellement de choses à raconter, mon ordinateur me lâche peu à peu (on en est à 2 minutes pour ouvrir une page internet, c’est dire si là tout de suite je suis motivée pour écrire).

Bon, parlons peu, parlons bien : depuis quelques semaines, on a un assistant au boulot  et c’est pas une sinécure (c’est pas faux). Déjà, il a mis 4 semaines à comprendre que c’était pas la peine de photocopier les pages une par une et qu’un génie avait inventé une fonction qui permettait au copieur de photocopier recto-verso tout seul. Dans à peu près 8 mois, il aura découvert la fonction « impression en couleurs » (si on a de la chance).

J’aurais dû me méfier dès son premier jour : j’avais voulu la jouer cool, donc je lui avais demandé de venir « pour 9h30 ». Dans ma tête, ça voulait dire : à 9h30, t’es derrière ton bureau, les fesses posées sur ta chaise. Pour lui, ça voulait dire : se pointer à 10h15, la bouche en cœur et les mains dans les poches. Quand il m’a demandé « ça va? ça fait pas trop tard?« , j’ai déployé toute ma pédagogie pour lui expliquer que si si quand même et qu’en entreprise, on arrive rarement à cette heure-là.

zen.gif

La semaine d’après, il est carrément pas venu de la matinée. Il était pas marqué absent sur le planning et il avait rien dit de particulier la veille. Au fil des heures, je suis passée de « il a du avoir des problèmes de bus » à « il a dû avoir une panne de réveil » à « mince, il doit y avoir quelque chose de grave ». Tu penses Hortense. J’étais sur le point de lancer une alerte enlèvement, et puis il est arrivé, à midi, nickel, pépouze :
– C’est parce que je suis allé faire refaire mon permis de conduire. Je pensais que ça allait prendre 10 minutes et en fait, ça a pris presque 3 heures.

facepalm

Donc 1) c’est probablement le seul mec en France qui ne sait pas ce que c’est que la Préfecture, 2) se donner la peine de prévenir de son retard, c’est trop lui demander, 3) je dois avoir une tête de G.O Club Med parce que clairement, il pense qu’on est colo, 4) ça devait être trop compliqué de choper mon numéro dans les Pages jaunes pour appeler. Là, je me suis dit qu’il devait vraiment se payer ma tronche (mais pas autant que lorsqu’il  a dit qu’il était en retard à cause de problèmes de bus alors qu’on l’avait vu arriver à vélo).

Gégé les gars, meilleur recrutement de la Terre. Et force est de constater que ma patience s’étiole avec le temps, que je suis fort lasse qu’il mette trois jours pour faire quelque chose qui prendrait trois heures à tout être humain normalement constitué, qu’il me répète « non mais ce soir, ce sera fait, promis » tous les matins et qu’au bout d’une semaine, rien n’est terminé.

Alors par contre, je dois lui reconnaître une qualité, c’est qu’il est extrêmement au fait des nouvelles du monde et de la géopolitique, surtout quand ça concerne Yahoo People et le partage des biens immobiliers d’Angelina Jolie et Brad Pitt.

– Dis, est-ce que t’as pu passer le coup de fil super urgent que le Directeur t’a demandé?
– Ah non désolé, j’étais occupé là. Je lisais un article super intéressant sur l’agression de Kim Kardashian.

Voilà voilàààà. Je vais continuer la méditation encore un moment, je crois.

Mon père croit que j’ai 10 ans.

Donc, comme tu l’auras compris en lisant le titre, pas la peine de venir me challenger dans la catégorie « famille étouffante » parce que je gagne toujours.  Mon père a dû rester bloqué dans les années 90 et croit que j’ai 10 ans pour toujours. J’ai beau être casée, avoir un job et m’assumer comme une grande, son cheval de bataille, c’est de dégoter la moindre situation où il est possible de m’infantiliser. Dernier exemple en date : la lettre aux impôts (oui parce que ces braves gens avaient commis une légère erreur en me réclamant l’équivalent de 10 SMIC alors que j’avais perçu des revenus équivalents à… ben à ceux qu’un apprenti peut toucher, c’est dire si j’étais blindée). Bref, après avoir passé environ 5 heures au téléphone et parlé à 8 personnes provenant de 3 services différents, j’ai écrit une petite lettre recommandée afin de cracher ma haine signifier ma situation. Et c’est là que, tadaaaaam, mon père a absolument tenu à la relire avant envoi. Pour quelles raisons, ça je l’ignore (peut-être pour vérifier que je savais orthographier correctement le mot « finances publiques », moi qui m’en suis farcie deux semestres à la fac, quelle ironie).

3013025095_1_3_6iztfbeb

Outre cette absence de confiance pour ce qui est des démarches administratives (je pense aussi qu’il doit régulièrement se demander si je pense à payer mon loyer), mon père pense aussi que j’ai zéro capacité niveau humain.Donc, quand je lui ai annoncé que le père de JPS se faisait opérer la semaine prochaine, il a crû nécessaire de prendre un air de prof de CP pour m’expliquer, comme si j’étais une débile, ce que ça impliquait en termes de relations sociales :

– S’il est hospitalisé, ce serait bien que vous alliez lui rendre une petite visite tu sais…

NO SHIT SHERLOCK, moi qui pensais le laisser se débrouiller tout seul et aller le voir aux alentours de Pâques ! Non, vraiment, c’est à se demander comment je fais pour mener ma vie sans que papa me tienne la main. Ou plutôt, c’est à se demander comment lui fait pour mener sa vie sans nous tenir la main. Parce que se retrouver sans enfants à la maison, à la retraite, sans passion ni amis parce qu’on a passé sa vie à croire que le travail était l’élément central de l’existence, c’est coton. Alors forcément, regarder la télé, ça va cinq minutes et on s’ennuie vite. Et dans ces moments-là, il sort la carte joker, aka : le chantage affectif.

– On se voit le week-end prochain? Ca fait teeeeellement longtemps.

« Tellement longtemps », dans son langage, c’est  8 jours. Pour des parents « normaux », j’imagine que c’est rien, mais pour le mien, c’est comme si j’étais partie servir ma patrie à la guerre. Son passe-temps préféré, c’est se plaindre qu’il ne voit « ja-mais » ses enfants (« tellement longtemps » = 8 jours, « jamais » = 2 semaines, tu suis?). Ca donne des conservations merveilleuses avec les gens dont les enfants habitent à l’étranger :

– Je vois très très trèèèès rarement mes enfants. La dernière fois, ça devait être il y a… pfiou… 15 jours au moins…
– Ah. Moi mon fils vit à Sydney, je le vois une fois par an.

Je pense que son idéal de vie serait que l’on vive tous, parents, enfants, petits-enfants, dans un corps de ferme où on serait ensemble H-24. Il kifferait qu’on soit les Ingalls, quoi. Alors prend un air de chien battu pour me faire comprendre à quel point je suis ingrate, me faire culpabiliser et flinguer mes soirées. Parce que, quoi qu’on fasse, nous les enfants, on est toujours des gros égoïstes qui n’ont aucune reconnaissance, hein. C’est finalement ça, le plus dommage : parce que quand les enfants avaient 10 ans, là au moins, on pouvait les garder sous sa coupe.

Rendez-vous sur Hellocoton !