Du tribunal à l’hôpital.

Depuis que j’ai commencé mon nouveau job, j’ai de nouveau 5 ans : j’ai envie de faire la sieste l’après-midi et je suis au lit à 21 heures 30 le soir. Si on m’enlève mes ballerines à paillettes et que l’on me met un peu plus de noir à la place, je peux entamer une carrière de nonne.

nonne

Telle une super héroïne de la jurisprudence, j’ai foutu la robe d’avocat au placard et changé de costume. Maintenant, je suis juriste à l’hôpital, j’ai une blouse blanche et je peux parler de trucs méga excitants comme « NFS, chimie, iono, gaz du sang », un peu comme le faisait le Docteur Carter (j‘en profite pour poser les termes d’un débat sensible : on est d’accord pour dire que niveau charisme, Sheperd, à côté de Carter, c’est un beignet, non?!).

Je fanfaronne, mais la veille, j’avais très peur de commencer. Et j’avais raison. Parce que peu après mon arrivée, ma chef (qui peut notamment être qualifiée de : sympa, simple, intelligente et motivante) m’a appris qu’elle quittait son poste à la fin du mois. Que les Ressources humaines ne lui avaient pas encore trouvé de remplaçant. Que j’allais donc sûrement devoir tout gérer toute seule pendant plusieurs semaines. Et qu’en résumé, j’avais trois semaines pour devenir opérationnelle dans un univers auquel je ne connais rien.

tumblr_mat3k1i1aW1r1mtsdo1_400

Grosso modo, mes journées ressemblent à : ingurgiter des process (oui, je fais comme tous ces gros cons en entreprise qui utilisent des anglicismes inutiles toutes les 3 phrases), essayer de piger le jargon médical, me retenir de pleurer quand un médecin me parle et que je comprends 1 mot sur 15, retenir les prénoms et les fonctions de tout le monde, supplier ma-boss-trop-gentille de rester 1 mois de plus (ça marche pas), écrire tout tout tout pour ne rien oublier et boire beaucoup de thé.

D’où le coucher à 21 heures 30, la radio dans les oreilles pour feindre un semblant de vie sociale et l’impression constante de porter sur moi l’odeur de l’hôpital (sentir le désinfectant, un rêve devenu réalité). Par contre, si ça vous intéresse, je peux fournir des kits de suture.

Publicités

Une réflexion sur “Du tribunal à l’hôpital.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s