Mots d’amour

...

Mon petitou,

On ne se connaît pas encore parce que je vis à Londres et toi à Paris. En même temps, il y a quelques heures à peine, tu flottais encore dans le ventre de ta mère. D’ailleurs, bien jouée cette entrée en fanfare : le cordon ombilical enroulé trois fois autour du cou, t’as fait flipper tout le monde, bravo. On sent en toi le dramaturge : on a déjà ça en commun, c’est cool. On pourra en discuter ce week-end, quand je viendrai te voir. D’ici là, tu auras déjà quelques jours de vie à ton actif, tu seras un « vieux de la vieille », tu feras partie des murs, comme on dit. D’ici là, tu seras peut-être un peu moins claqué et un peu moins rouge; non parce que, je sais que t’as fait un sacré voyage pour arriver jusqu’ici, mais honnêtement, je suis sûre que tu peux avoir meilleure mine.

Je pense qu’on va bien s’entendre, tous les deux. Tu verras, je suis plutôt une chic fille (enfin j’essaie). Comme avec ton grand frère, on ira jouer des heures au parc, je t’apprendrai à faire tomber des feuilles dans la rivière et à regarder le courant les emporter, on regardera des dessins animés et on fera de la peinture avec nos doigts. Comme avec ton grand frère, on aura de grandes discussions sur les aliments qu’on aime ou pas, je te raconterai des histoires de dingues avec des ours et des pingouins (t’imagines pas mes talents de conteuse, je te jure, je suis vraiment douée, et je dis pas ça pour me la péter), et je t’apprendrai à faire des bulles dans l’eau. Comme avec ton grand frère, on fera des prises de catch et de judo, des chorégraphies de dingues à la Mia Frye, mais pour ça, on va d’abord attendre que tu grandisses un peu si tu veux bien.

Ce sera plus difficile, parce que maintenant, la Manche nous sépare. Et forcément, je ne pourrai pas faire comme avec ton grand frère, les baby-sittings improvisés et les après-midi chez Papy et Mamie. Forcément, tu verras tes autres oncles et tantes bien plus souvent que moi parce qu’eux, ils habitent au coin de la rue. Toi et moi, on sera moins dans le quotidien, c’est certain, même si j’espère que tu vas vite apprendre à te servir de Skype. Ça me fait peur, à moi aussi : c’est pas facile de construire une relation avec un enfant qu’on ne voit pas souvent. Des oncles, j’en ai des tas, mais j’ai tellement peu de souvenirs avec eux que finalement, nous sommes des étrangers les uns pour les autres. J’espère bien que jamais je ne deviendrai une étrangère pour toi. J’espère bien que je serai ta chouette tata d’Angleterre, celle qu’on voit pas souvent mais avec laquelle on se marre toujours bien !

Tu feras toujours partie de ce qu’il y a de plus important. L’essence de mes jours, mon Arbre de Vie, mon atome. Loin, près, tu fais partie de ce que j’ai de plus cher et, même si on ne s’est pas encore rencontré, je peux te le jurer : je donnerais ma vie pour toi. J’ai déjà commandé la nouvelle gravure de mon bracelet : côté pile, il y avait déjà le prénom de ton frère ; côté face, il y aura désormais le tien (je sais, c’est moins « in » qu’un tatouage, mais comme tu le constateras, je suis plutôt du genre classique, comme nana). Alors oui, ça peut paraître cucul, mais c’est un peu de votre présence constamment avec moi. Oh et puis dis donc, attends de savoir sucer ton pouce avant de me juger.

Je suis là. Je serai là. Et je t’aime déjà.

J’ai hâte de te rencontrer.

A samedi, mon petitou.

Ta Tata.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s