Ahi, aho, je rentre du boulot.

 
 
Je veux pas me la jouer « fille super occupée » mais c’est vrai que le temps me manque pour écrire ici. Les premiers pas dans la vie d’avocat, ce sont avant tout ceux qui t’éloignent de ta couette et de tes copains. Entre mon travail cabinet et la rédaction de mon mémoire, j’avais recentré ma vie autour des 4 points cardinaux : JPS, manger, dormir, me laver les dents. Et depuis un mois, j’ai un nouveau boulot. Un bien différent, avec de nouveaux horaires, de nouvelles choses à faire, de nouveaux collègues sympas… (ou pas). Finis les pleurs en rentrant de l’ancien cabinet, fini l’associé qui te considère si peu qu’il ne prend même pas la peine de te dire au revoir, finis les « oui, je sais qu’il est 20 heures, mais je te donne quand même ces conclusions à rédiger, c’est pour demain matin. Ah, et c’est en anglais« .
Il y a quand même certaines choses auxquelles j’ai eu un peu de mal à m’habituer. Je pensais faire les frais d’un quelconque bizutage, mais non, ils étaient sérieux :
– Donc là tu as le CR de l’ASF-ABG qui rend compte du système HMUE des protocoles C3M. Le prestataire est en Colombie pour le compte du CGU avec un PHRT commun et des HUV signés par voie tournante. Bon bien sûr, on va pas s’y risquer hein, on veut pas que le YT prenne en compte le GRTS, c’est évident hein…
– T’aurais un Doliprane? 
Un autre aspect auquel je n’étais pas habituée non plus : les horaires de travail. Quand j’ai vu que mes collègues rentraient chez eux à partir de 18 heures, j’ai repensé très fort à mon ancien boss et à sa blague préférée :
– Tu rentres déjà chez toi? Bon après-midi !
– Mais… mais, il est 19h30 !
– C’est ce que je dis, profite bien de ta demie-journée de congé !
Finalement, le truc le moins évident maintenant, c’est d’expliquer en quoi consiste mon nouveau boulot. Celle qui a le plus de mal à s’y retrouver, c’est ma grand-mère. Avant, elle pouvait se faire mousser auprès de ses copines et leur raconter que sa petite fille était une grande avocate qui défendait un gang mafieux dans une affaire d’Etat. En vrai, j’étais juste au procès d’un mec qui menacé de couper les parties génitales de son pote, mais pour elle, c’était pareil. Paye ta classe au club de bridge :
– Elle va même voir des clients en prison, comme Julie Lescaut et Corinne Touzet !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s